Giorgia Polo @giorgette_p

Mar 25, 2021

Giorgia Polo @giorgette_p

Mar 25, 2021

Graphiste, minimal, concrète : l’histoire d’un influenceur atypique

Dans un coin super hypster de Milan vit Giorgette, avec sa famille. Née à Trente, elle déménage à Milan pour étudier à l’IED et devient une vrai milanaise. Avec Gabriele et le petit Giulio, elle est désormais un point de repère pour les fans d’Instagram. Son profil @giorgette_p est en effet l’un des plus suivis dans le secteur alimentaire et son foyer virtuel l’a rendu célèbre pour ses lignes épurées, ses photos graphiques et le goût du foyer et de la famille qui constituent sa véritable marque de fabrique. En personne, elle correspond exactement à ce qu’elle exprime en ligne : souriante, simple, déterminée, créative. Et sa maison pleine de lumière et d’ordre reflète parfaitement sa personnalité.

Quand as-tu commencé ton aventure ?

J’ai débuté en 2010 sur instagram, et à partir de 2013 j’ai commencé à voir les premiers résultats. Pendant ces années, la plateforme récompensait les contenus et mon profil a commencé à avoir une bonne visibilité. Je pense qu’ils ont apprécié mon style très « graphique » pour raconter visuellement les recettes et les plats. J’ai toujours partagé mes recettes, en mettant l’accent sur les desserts, qui sont mes plats préférés.

Pourquoi as-tu choisi spécifiquement Milan pour tes études et ta vie ?

Je suis graphiste, et je travaille comme photographe pour des marques et des entreprises. Milan était le terrain idéal, et étudier à l’IED était une étape fondamentale pour moi. Le Trentin est magnifique si vous y allez en vacances, mais y vivre vous fait perdre les opportunités de travail et de croissance qu’une grande ville peut vous offrir.

As-tu abandonné ton travail pour te dédier uniquement à ton profil ?  

J’en suis encore au stade où j’ai mon travail et puis, je gère aussi mon profil. En réalité, je ne voudrais jamais quitter ma principale profession, qui me plaît beaucoup. C’est vrai que cultiver mon profil et gérer le blog sont aussi un travail mais… je ne sais pas si finalement je suis une influenceuse. J’en suis devenue une avant même qu’on invente le mot « influenceur », donc je n’ai pas l’impression de faire un vrai « travail » dans ce sens. Pour moi, il s’agit plutôt d’un partage d’expériences : je mets ma créativité dans les photos, j’essaie de réaliser des tirages un peu différents de l’ordinaire et de raconter l’histoire de mon quotidien.

Comment Instagram a-t-il changé depuis ton arrivée ?

La relation avec les followers a changé au fil des années : au début il y avait des relations plus authentiques et réelles, maintenant tout est un peu plus construit, je trouve qu’il y a moins de spontanéité. Et même sur la plate-forme, je vois qu’il y a un peu plus de construction. Je préfère continuer à montrer un peu de tout, à raconter mon quotidien. Et depuis l’arrivée de Giulio, j’ai également intensifié ma partie consacrée aux mères : quand on est confronté à ce moment, on essaie toujours d’obtenir des conseils d’autres mères, car on n’est jamais sûr de rien : partager ces moments et ces conseils devient essentiel.

Aimes-tu la charcuterie ? Quel est le premier souvenir que tu as lié à la charcuterie ?

Je les aime beaucoup ! J’ai même réalisé les graphiques pour l’emballage d’une entreprise locale il y a quelques années. Quand j’avais une trentaine d’années, la première viande séchée dont je me souvienne était le speck, qui était toujours présent chez moi et était également utilisé pour cuisiner, par exemple dans les spatzle.

En tout cas, chez moi, ils étaient une présence fixe : depuis que je suis toute petite et encore maintenant, chaque soir au dîner, ma mère prépare toujours une planche de charcuterie. Et quand nous étions enfants, nous essayions de piquer quelques tranches avant le dîner. Aujourd’hui, je dois dire que je suis une grande fan du bacon : j’adore ça !

Ta recette préférée ?

Cuisiner chez nous est un travail d’équipe : avec Gabriele, nous cuisinons toujours ensemble. Gabriele est plus doué avec les sauces pour les pâtes et moi, je suis plus apte à la cuisson au four et aux desserts, qui ont toujours été ma spécialité. Pour nous, j’ai préparé des croûtons de pain grillé avec du lard de Salumi Pasini, des tomates cerises et du thym : un délice dans sa simplicité.