Pourquoi le salami est-il coupé de travers? Comment trancher le salami

Parfumé et délicieux, le salami accompagne les hors-d’œuvre, les apéritifs et les goûters, et n’est pas seulement une question de (bon) goût, mais aussi de méthode de coupe.

A déguster avec un verre de vin ou dans un sandwich parfumé et aromatique, c’est un salami polyvalent, qui plaît aux adultes comme aux enfants.

Il y a ceux qui le coupent en cubes, ceux qui le coupent en tranches épaisses et rondes, et ceux qui le préfèrent aussi fin qu’un voile. épicé, aromatisé ou classique, s’il existe une règle d’or, c’est qu’il doit être tranché « de travers ».

Dans ce cas, pourquoi le salami est-il coupé obliquement?

Ce n’est certainement pas pour une question de goût, la saveur du salami ne change pas en fonction de la coupe, mais l’apparence oui.

Pour qu’il soit beau à voir, il doit être coupé en diagonale, afin d’améliorer sa forme. Il suffit de regarder les barquettes prêtes à l’emploi, où les tranches sont parfaitement ovales et d’une épaisseur identique. Bref, « oblique » est préférable.

Et c’est vrai pour presque tous les types de salami: Campagnolo, Felino, pâte fine ou épaisse, le diktat est toujours le même, la coupe doit être crochetée et les tranches doivent avoir un aspect allongé, lisse et brillant.

La seule exception est le type de salami Milano, qui doit être tranché droit, en forme de cercle. De toute manière, avec un rapporteur en main, les vrais connaisseurs certifient qu’il doit être coupé à un angle compris entre 37° et 45°, de sorte que les tranches soient elliptiques, plus longues et de présentation plus élégante, placées sur une planche à découper en bois ou sur un plat de service.

Apparemment, il n’y a pas de raison fonctionnelle, mais le fait de couper le salami en diagonale offre un certain nombre d’avantages tels qu’une coupe plus facile et un aspect plus régulier, en d’autres termes, cela permet d’obtenir une consistance similaire pour toutes les tranches, et de ne pas risquer les bords déchiquetés inesthétiques.

Mais attention! Avant de couper, il faut toujours évaluer les « outils du métier », l’utilisation du couteau ou de la trancheuse dépend aussi beaucoup de la taille et de l’affinage du salami, afin de ne pas risquer de se retrouver avec des tranches émiettées ou une coupe qui ne va pas jusqu’au bout.

Il existe évidemment une technique permettant de le trancher avec grâce et sans effort

Tout d’abord, la ficelle qui entoure le salami doit être enlevée car elle pourrait constituer un obstacle pendant le processus de coupe, puis la partie extérieure doit être frottée avec un chiffon humide ou une brosse, ou la peau doit être complètement enlevée.

Si l’enveloppe est sèche, on peut l’humidifier légèrement, de manière à la réhydrater, puis la couper sur sa longueur et la peler facilement.

Là encore, c’est une question de goût personnel, il y a ceux qui préfèrent peler tranche par tranche et ceux qui ne le font pas: ce qu’il ne faut surtout pas faire, c’est que la lame entre en contact avec les moisissures résiduelles du processus de durcissement présentes sur la peau, car elles pourraient altérer le goût.

Pour les puristes, il n’y a aucun doute: il vaut mieux abandonner le trancheur et tout faire à la main, en utilisant le couteau sur une grande planche à découper en bois.

Attention toutefois, le couteau doit être long, avec une lame fine et bien aiguisée, de préférence sans dents, afin de couper parfaitement le saucisson et d’éviter les profils irréguliers.

L’utilisation d’un trancheur est recommandée pour les charcuteries qui nécessitent des tranches extrêmement fines, comme le salami Hongrois, ou qui ont une texture particulièrement dure, mais l’inclinaison de la coupe reste la même.

Selon la tradition, les tranches doivent avoir une hauteur de 2/3 millimètres, pratiquement comme un grain de poivre, aussi parce qu’une trop grande portion rendrait la mastication difficile.

Donc une prise ferme et une lame qui glisse d’avant en arrière sans exercer trop de force et… commencer à couper.

Mode d’emploi: des mouvements rapides et décisifs sont recommandés sans trop manipuler le saucisson, sinon il risque de se réchauffer et de commencer à « transpirer ».

Conclusion sur la façon de couper le salami

A ce stade, si vous voulez présenter à la table des tranches de la meilleure sorte, armez-vous d’un salami d’excellente qualité, d’un bon couteau, d’une planche à découper et… tranche après tranche, vous serez impeccable!

Le salami est un ingrédient simple, mais d’un grand effet, un compagnon parfait pour les moments de convivialité et, comme l’œil veut sa part, s’il est bien coupé, il sera (encore) plus appétissant.